13 mai 2012 : 3ème édition de la Facho Pride de Batskin

Publié le 16 mai 2012, mise à jour le 17 mai 2012
par REFLEXes

Cette 3ème édition de la manifestation nationaliste organisée par Batskin confirme sa place dans le calendrier des groupuscules d’extrême droite comme un rendez-vous incontournable de l’année. Si en apparence le défilé de cette année semblait être l’exacte réplique des manifestations passées, les premières tensions entre les différents participants ont pu se faire sentir ici et là.


Si les tensions avec l’Action Français [1], qui ne digère toujours pas la présence de Batskin et ses troupes sur ce qu’elle considère comme « sa date », sont évidentes, il semble que le Renouveau Français (RF) soit également en froid avec le chef des JNR. Coincé entre l’AF et les troupes d’Ayoub, le RF s’est constitué en cortège autonome, la décision ayant été prise quelques semaines avant le 13 mai, sans que l’on en connaisse pour l’instant les véritables raisons. Dans tous les cas l’effectif militant du petit groupe contre-révolutionnaire était largement en-dessous de celui des prestations des années passées.

C’était donc à la Nouvelle Droite Populaire [2] et à Terre et Peuple que revenaient le privilège d’ouvrir la manifestation avec quatre militants portant des panneaux représentant des croix celtiques. Et c’est derrière la banderole de la NDP que l’on pouvait apercevoir les époux Bonnivard de Solidarité des Français (SdF), ce qui est loin d’être une première, ceux-ci ayant servis de prête-noms par le passé pour l’organisation d’un précédent 9 mai. À noter que la petite allocution de Pierre Vial en fin de manifestation sur "le début de "l’aube dorée" en Europe", en référence aux nazis grecs, fit son petit effet.

On trouvait ensuite pour la première fois les Jeunesses Nationalistes d’Alexandre Gabriac [3]. L’ancien membre du FN n’était pas venu seul puisque Christophe Georgy et Jérome Guigue coordonnaient le SO, tandis que Laura Lussaud tenait la banderole de tête, tous trois également anciens membres du FN. En fait c’est toute l’équipe de l’Oeuvre Française (OF) qui, bien que n’ayant pas officiellement répondu à l’appel de Serge Ayoub, était présente dès 9h30 pour un dépôt de gerbe au pied de la statue de la « pucelle d’Orléans ». Après une brève allocution du président de l’OF Yvan Benedetti, la petite troupe échangera chemises bleues « phalangistes » contre tee-shirts des Jeunesses Nationalistes avant de rejoindre les autres cortèges devant la Madeleine. Ils auront droit cette année à la présence à leur côté d’Hervé Lalin « Ryssen » qui l’année dernière avait choisi le GUD pour défiler. Il semble que ce dernier devienne peu à peu un compagnon de route de l’Oeuvre et des Jeunesses Nationaliste ; il était ainsi à Toulouse le 5 mai dernier à l’invitation de l’OF en compagnie d’Y. Benedetti et d’A. Gabriac. Cependant cette présence massive en tête de cortège ne saurait masquer certains problèmes avec les « organisateurs » de la manifestation puisqu’il fut signifié à Gabriac qu’il n’aurait pas le droit de prendre la parole.

Dans les habitués de la manifestation, on retrouvait le GUD, égal à lui-même, qui se fit remarquer par quelques bras droits tendus, ainsi que par la pauvreté de certains de leurs slogans du type « G » « U » « D » « Groupe Union Défense ». Un GUD qui défila sous les yeux émus d’Axel Lousteau, venu, sans Frédéric Chatillon, observer à distance ses rejetons. Cette année on échappa au discours soporifique d’Edouard Klein, là aussi pour des raisons mystérieuses. Il faut peut-être y voir les conséquences des différentes mésaventures arrivées récemment à la bande à "Doudou" : rouste infligée par des hools de Boulogne, comportement peu glorieux pour « le groupuscule des dieux » lors du rassemblement anti-Qatar des Identitaires à Paris [4]. Par ailleurs, le GUD ayant organisé sa propre commémoration le soir du 9 mai rue des Chartreux, il n’est pas certain que son investissement le 13 mai se poursuive encore longtemps... Une absence remarquée toutefois dans les rangs du GUD, celle de Kevin « Gaven » Lamadieu. On ne peut y voir une conséquence de son procès en janvier dernier pour agression à caractère raciste... En effet, bien qu’il fut clairement identifié par la victime il a bénéficié d’une relaxe. Le parquet ayant fait appel, nous aurons certainement l’occasion de revenir sur cette affaire !!

Parmi les groupes répondant présent à l’appel du plus célèbre des tenanciers de bar, outre son organisation Troisième Voie et ses JNR, qui a défaut de rajeunir se sont étoffés numériquement, on retrouvait le Front Comtois, le Front des patriotes, Nation, le C9M pour les « sans-amis » et les Nationalistes Autonomes Français qui cette année avaient reçu le soutien d’Italiens et d’Allemands.

A noter l’absence des membres de Troisième Voie Lyon (ex Lyon dissident) et des Lillois de la Maison Flamande (pourtant associés en septembre 2011 à la manifestation solidariste de Lille). Là aussi il semble que les germes de la division se portent bien...

La grande nouveauté cette année était le nombre élevé de skins d’extrême droite par rapport aux années passées. Le concert RAC prévu dans l’après-midi dans le 11ème arrondissement avec Frakass, Lemovice et FTP n’est sans doute étranger à cela. Parmi les groupes s’affichant comme tel on pouvait retrouver le Picard Krew, les Loups de Turons [5]. ainsi que la Fraternité des Artamans. Ce petit groupe de skins néo nazis de l’Est de la France semble prendre de plus en plus d’importance et son fonctionnement ainsi que ses activités n’est pas sans rappeler celui de Nomad 88.

En marge de la manif quelques figures du milieu nationaliste observaient le défilé comme Patrick Gofman, Paul-Marie Couteaux ou encore Alberto Torresano de la Phalange.



------
Cet article est libre de droit, mais nous vous demandons de bien vouloir en préciser la source si vous en reprenez les infos :
REFLEXes http://reflexes.samizdat.net , contact : reflexes(a)samizdat.net

------

[1] le mouvement royaliste sera renommée Inaction Française lors du discours de Serge Ayoub

[2] Ou plutôt les cadres dirigeants de ce parti puisque les jeunes skins de la NDP Alsace défilaient avec le C9M

[3] Gabriac était néanmoins présent à cette manifestation en 2011 de façon « autonome » http://reflexes.samizdat.net/spip.p...

[4] Lors de ce rassemblement, dès la première charge des contre-manifestants, le GUD pris la fuite, abandonnant Philippe Vardon sur la place de l’Opéra

[5] Bande de skins néo-nazis de Tour, proche de Vox Populi. On avait croisé quelques-uns d’entre eux les années passées. Voir à ce sujet le très bon dossier sur Vox Populi et les skins de Tours : http://scalpbesak.files.wordpress.c...

calle
calle
calle